Inter Vivos

Forum non officiel des RR
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Bouziguot...

Aller en bas 
AuteurMessage
Aldara
À bâillonner
À bâillonner
avatar

Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Bouziguot...   Ven 19 Oct - 21:46

Il a chevauché longtemps, franchissant barrières et fossés. Repoussant, au-delà du raisonnable, les limites de sa monture.
Il n’est pas suivi, non. Aucun cavalier n’a emprunté ses traces. Il s’en assure régulièrement en se camouflant derrière un buisson et en observant la route qu’il a empruntée.
Seuls des visages le poursuivent. Mais aussi des cris, des larmes, des gémissements. Et l’écho prolongé d’épées qui s’entrechoquent, qui rebondissent sur des armures et des boucliers.
Son visage poussiéreux est tiré, émacié, épuisé au dernier degré. La route est interminable et pénible pour échapper à un passé obsédant.
Mal soignées, ses blessures se sont rouvertes avant de pouvoir cicatriser. Le sang coule lentement le long de son torse cruellement meurtri, et tombe goutte à goutte sur le sentier. Les bandages qui protégeaient ses plaies flottent au vent lorsque la jument trouve la force de repartir au galop.

Et soudain la chute ! Le cheval a plié sous le poids de l’homme. Sous le poids de la fatigue accumulée.
La bête s’effondre, et l’homme roule dans les cailloux, puis culbute dans le fossé boueux. La jument reste allongée au milieu du chemin.

Non loin, une auberge …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldara
À bâillonner
À bâillonner
avatar

Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Bouziguot...   Ven 19 Oct - 21:48

Cataclop calaclop...Aldara entend un cheval approcher puis un fracas sans nom. Elle court à la fenêtre, hume déjà l'odeur du sang. Un de ses amis blessé? Un soldat tourangeaux qui vient en éclaireur?... Elle regarde... Au loin un cheval qui semble mort et là, plus prêt une masse sombre, inerte, au sol. Elle ouvre la porte à la volée, et accourt près de l'homme, curieuse et inquiète, son voile noir soigneusement replacé sur son visage difforme. Du sang, de la poussière, de la sueur, de la souffrance, Aldara voit tout cela et le sent aussi. Elle se penche au dessus de l'homme, retire d'une main tremblante la masse de cheveux qui masque son visage: elle ne le connait pas. Il n'est pas de Saint Aignan. Elle hésite, regarde autour d'elle. Si on le voit ici, sans savoir qui il est, elle ne donne pas cher de sa peau. Elle se souvient... seule, blessée, dans une ville hostile et inconnue... Elle ne réfléchit pas plus longtemps, attrape l'homme par les bras et le traine dans la poussière jusqu'à l'entrée de l'auberge. Elle ressort, pousse du pied les membres inférieurs tachés de sang et jette un dernier regard alentour: L'endroit est désert.
Elle claque la porte, pousse un grand soupir et porte la main à sa dague, prête à se défendre. L'homme respire calmement, son visage est presque beau, ce rouge sombre marbrant ses traits... Elle se penche au dessus et lui souffle:
Toi, l'étranger... je te somme de me dire ton nom et là d'où tu viens. Après seulement je te soignerai.

Elle se relève, enfonce la pointe de sa chausse dans la côte de l'homme et attend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldara
À bâillonner
À bâillonner
avatar

Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Bouziguot...   Ven 19 Oct - 21:50

L’homme retrouve un soupçon de lucidité, mais sa grande carcasse ne répond pas à ses sollicitations. Son dos doit être en triste état.
Il attend. Naviguant entre douleur et inconscience. Entre désespoir et inquiétude. Il porte avec difficulté la main sur son torse, et elle se couvre aussitôt de son sang.
Atroce douleur ! Ne pas s’endormir ! Lutter !
Quelqu’un, par pitié, murmure t’il. Mais seul le silence lui répond !

Soudain, des pas ! Et son corps meurtri est traîné sur le sol par une personne dont il ne distingue pas les traits. Ami ? Ennemi ? Qu’importe, il a un urgent besoin d’aide, pour ne pas crever dans ce fossé humide.
Une lueur d’espoir cependant ! Un ennemi lui aurait froidement enfoncé sa lame dans le ventre. Ou tranché la gorge d’un coup sec. Le monde d’où il vient est impitoyable.
Bouziguot est un peu rassuré. Mais combien d’erreurs n’a t-il pas commises dans sa vie ?
En silence, l’inconnue le hisse en dehors de la tranchée boueuse. Et le tire sans ménagement vers un bâtiment imposant.
On le jette sur un carrelage. Une porte claque. On lui parle. Ton nom !
A travers la brume contrôlant son cerveau, une faible lueur.
Bouzi … Bouziguot …

La pointe d’une chaussure s’enfonce dans son flanc. Nouvelle douleur. Il s’évanouit en écoutant la voix. Une voix de femme.
Qu'il doit être doux de se laisser mourir ...


Dernière édition par le Ven 19 Oct - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldara
À bâillonner
À bâillonner
avatar

Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Bouziguot...   Ven 19 Oct - 21:51

Bouzi-quoi?... Qu'avait-il dit? Bouziguot?... Norf! Un Breton peut être!

Aldara se penche sur lui, lui caresse le visage. Peut être connait-il Krenn... Il a l'air mal en point, elle décide de le laver un peu, au moins pour voir si aucune blessure n'est encore ouverte. Elle passe derrière le comptoir et revient avec un linge humide et le lui passe sur le visage, insistant sur les yeux, la bouche. Les marbrures disparaissent, laissant place à un front haut, des yeux clos, des pommettes saillantes. Elle ne distingue pas encore la couleur des cheveux, maculés de sang.
Elle s'applique, perdue dans ses pensées, Krenn, dont elle est sans nouvelle depuis des jours, cet homme étendu là, qui pourrait être un ennemi. Qu'est-ce qui avait pu lui arriver pour qu'il soit en pareil état?... Chaque parcelle de son corps semble meurtrie, sa chemise n'est plus qu'un souvenir. Elle commence à nettoyer une plaie importante sur son torse, qui semble toujours ouverte.
Ce faisant, elle hume l'homme, à la recherche d'un indice sur ses intentions, mais l'odeur âcre du sang masque tout.
Alors qu'elle découvre la plaie béante, l'homme sursaute, ouvre les yeux et la regarde, perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldara
À bâillonner
À bâillonner
avatar

Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Bouziguot...   Ven 19 Oct - 21:53

Penchée sur lui, la femme voilée est occupée à nettoyer les blessures de son torse.
Malgré sa délicatesse, lorsqu’elle soigne la plaie la plus sérieuse, Bouzi sursaute. Un élancement aigu lui arrache un gémissement de douleur. Il lui saisit le poignet un instant, puis le relâche, sans force. Son bras retombe pitoyablement le long de son corps.
Silencieuse, la femme continue à désinfecter ses profondes coupures. Avec application, avec un soin minutieux.
Bouzi tend le cou, à gauche, à droite. Il ne voit personne. Il distingue un comptoir, au fond de la pièce. Ils doivent être dans une auberge. Mais où sa fuite l’a t-elle mené, il l’ignore.
Au prix d’un rude effort, il se met à questionner. Désireux de connaître approximativement la distance accomplie lors de sa longue chevauchée.
Est-il en sûreté ici ?
Damoiselle … Où sommes-nous ? Qui … êtes-vous ? Quelqu’un sait-il … que je suis là … ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldara
À bâillonner
À bâillonner
avatar

Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Bouziguot...   Ven 19 Oct - 21:55

Enfin l'homme ouvre la bouche, après avoir jeté des yeux hagards de part et d'autre! La jeune femme n'a pas bronché quand il a saisi son poignet, comprenant sa crainte et sa souffrance.
Il articule des mots, à peine perceptibles, à peine compréhensibles... Aldara est obligée d'approcher son oreille de sa bouche pour l'entendre. Elle sourit, ravie de voir qu'il a toute sa tête, bien qu'il semble désorienté.
Elle lui souffle alors, avec douceur mais fermeté:
Vous êtes à Saint Aignan, en Berry, déchiré par cette maudite guerre. Mon nom est Aldara la Rouge, je suis la propriétaire de cette auberge mais également membre du conseil municipal. Aussi, je vous somme de me dire immédiatement ce que vous faites ici et d'où vous venez car, non, pour répondre à vostre dernière question, personne ne sait encore que vous êtes ici, mais cela pourrait bien changer si vous ne répondez pas à ma question... Et surtout ne me mentez pas, j'ai le nez assez fin pour déceler la fourberie.

Elle le regarde à présent, le visage sévère, les lèvres affichant un sourire narquois, ses yeux noirs visibles à travers les mailles du voile. Elle se relève finalement, tourne les talons et va vider l'eau qui n'est plus que sang. Regardant le liquide rouge s'échapper, elle se souvient. Les cris, la peur, la haine, le sang, les rires, les insultes, l'écorce du bois qui érafle son corps, la lame d'un couteau, sa bouche, sa peau qu'on brule...
Elle frissonne, regarde le linge rosi, le serre entre ses doigts. Elle revient auprès de l'homme qui semble reprendre ses esprits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldara
À bâillonner
À bâillonner
avatar

Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Bouziguot...   Ven 19 Oct - 21:57

Il n’a prononcé que trois paroles, à peine audibles, mais elles ont exigé de lui un effort gigantesque. Et la femme lui pose à présent une kyrielle du questions, pertinentes certes, mais qui demandent de longues explications en guise de réponses.
Attends … S’il te plait … un peu … Laisse moi récupérer … deux minutes.

S’appuyant sur ses coudes, l’homme redresse légèrement le buste, et parvient à s’adosser au mur. Une grimace. Un soupir. Puis il parle.
Bouziguot. Je viens du sud. Du Languedoc.

Il s’éclaircit la voix, hésite, puis reprend. Expliquant en détail sa vérité. Sa version de la vérité. Ne mentant pas par plaisir, mais bien par nécessité. Ne pouvant se confier à une inconnue, même s’il lui devra sans doute la vie. S’il s’en sort ! Plus tard peut-être il racontera…
J’escortais un riche commerçant … avec d’autres gars. Une bande de … brigands … nous a attaqués. Ils ont voulu tuer tout le monde … pour ne laisser aucun témoin. Je dois être le seul à avoir pu m’enfuir. J’ai filé droit devant moi … sans savoir où j’allais. Et je crois qu’ils ont perdu ma trace …

L’homme crispe ses doigts sur sa chair souffrante. Epuisé.
Aldara. C’est bien ça ? Peux-tu me donner à boire, s’il te plait …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldara
À bâillonner
À bâillonner
avatar

Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Bouziguot...   Ven 19 Oct - 21:58

Elle soupire. Elle hésite. Elle ne le croit qu'à moitié. Elle comprend.
Aldara retourne derrière le comptoir, ses chausses claquant sur le sol.
Le bruit d'un liquide qu'on transverse. La couleur vermillon qui remplit la choppe. Les pas d'une femme qui approche.
Puisque tu me tutoies, je vais en faire autant. Tiens, voici un peu de ma spécialité, de l'hypocras, c'est du vin, j'espère que ça ira. A moins que tu veuilles une infusion aux baies rouges...

Elle fait claquer les mots sur sa langue, elle veut l'impressionner, lui montrer qu'elle est forte, qu'elle n'est pas dupe, non plus. Elle lui tend la choppe d'une main sûre, éclaboussant le torse meurtri de quelques gouttes pourpre.
Elle s'écarte un peu de lui et le regarde boire, grimaçant. Elle croise les bras, pince les lèvres, se protège. Du passé. Des souvenirs.
Elle l'oblige à lever les yeux pour la regarder, elle voit que c'est inconfortable pour lui mais elle ne peut s'en empêcher...
Finalement, elle baisse la garde, s'accroupit face à lui:
Je vais décider de te croire... En tout cas pour le moment. Mais si tu trahis ma confiance, il t'en cuira, sois en sûr! Je n'aurai ni peur ni remords à te tuer. En attendant, il faut soigner ces plaies qui suintent. Je vais aller chercher ce qu'il faut. Ne bouge pas d'ici et ne t'avise pas de me voler.

Elle se relève, le regarde de haut encore une fois, hautaine, sûre d'elle, en position de force. Elle sort de la taverne, direction chez Astérie, en espérant qu'elle soit rentrée de l'Université.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldara
À bâillonner
À bâillonner
avatar

Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Bouziguot...   Ven 19 Oct - 22:00

De sa position inconfortable, il lève les yeux vers Aldara. L’observe. L’écoute. Dépendant totalement de son bon vouloir.
Il vide lentement le verre d’hypocras qu’elle lui a tendu. Surpris par son goût sucré et épicé. Il aimerait la complimenter, mais tout cela lui semble tellement dérisoire …
Elle semble douter de la véracité de son histoire, pourtant il y a mis toute la conviction dont il est capable. Il se demande déjà s’il n’a pas eu tort de se donner le bon rôle, celui du défenseur, du protecteur, et non celui de l’assaillant qu’il était réellement.
Derrière ce voile dissimulant ses traits, elle reste très mystérieuse … Bouziguot a du mal à discerner ses pensées, ses sentiments.
Elle le laisse. S’en va chercher les potions nécessaires au soin de ses plaies. L’homme ignore quand elle reviendra, et si elle sera seule. La voler ? Il en est bien incapable ! Et puis, on peut être un truand et avoir un minimum de savoir vivre. De respect. Il n’y a que les chiens qui mordent la main de ceux qui les nourrissent !
Commence l’attente …
Il ferme les yeux et aussitôt affluent les souvenirs. Des visages aimés. Des visages maudits. Ce sentiment idiot d’invulnérabilité, et soudain cette lame qui lui déchire le ventre …
Vivre encore ? Pourquoi, pour qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldara
À bâillonner
À bâillonner
avatar

Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Bouziguot...   Ven 19 Oct - 22:03

La porte s'ouvre sur la femme en noir. Elle a dans la main gauche, la seule dont elle puisse vraiment se servir en ce moment, deux petits pots de terre cuite. Chemin faisant vers chez Asterie, elle s'est dit que ce n'était sans doute pas une bonne idée, il ne fallait pas éveiller de soupçons. Sa blessure au bras était à présent propre, la cicatrice rose bien refermée; Asterie ne comprendrait pas la raison de sa venue, qui plus est pour acheter des onguents cicatrisants. Elle poserait des questions embarrassantes, et Aldara ne voulait pas lui mentir. Elle était donc passée chez elle, récupérer les deux petits pots confiés par Ysandre, sa chère protectrice et guérisseuse, depuis les premières heures noires.
Aldara entre. Un regard à l'homme qui n'a pas bougé. un autre au bouquet de lys blancs sur la table, qui parfume toujours l'air de sa clarté extraordinaire.
Elle sourit, baisse les yeux et fait quelques pas jusqu'à l'inconnu. Elle s'accroupit, remonte ses manches et d'une main tremblante cette fois, ouvre le premier pot. Elle plonge ses doigts dans l'onguent parfumé, les porte à son nez, ferme les yeux, Ysandre est là, sur ses doigts...
Laisse-toi faire, ce ne sera sans doute pas très agréable, mais si tu veux voir le soleil se lever demain, il faut en passer par là. Cet onguent te soulagera, il a été confectionné pour moi, par une amie guérisseuse et mes plaies ont très vite cicatrisées. Ne bouge pas et ne t'avise pas de me toucher; mon bras est certes moins alerte qu'avant, mais ma main est encore agile et ma dague légère et acérée.

L'homme fait oui de la tête, il semble vouloir se tenir tranquille. Pendant qu'elle étale l'onguent, le devinant grimacer, elle se remémore son histoire: garde d'un riche négociant... des brigands... mmh... Que faisait un négociant par ici? Le Berry est sous loi martiale, personne ne peut y entrer, y faire commerce sans autorisation... Elle se demande si elle ne va pas quérir la Duchesse pour vérifier cette histoire... Et puis, il n'a toujours pas dit d'où il venait... Beaucoup d'ombres...

Elle le regarde, cherche dans ses yeux, derrière la douleur, la vérité.
Tu sais... Je connais du beau monde par ici, il ne me sera pas bien difficile de vérifier ton histoire... Alors je te propose ceci:
Elle retire sa main de la plaie.
Je vais te remettre sur pied, qui que tu sois. Si tu es honnête avec moi, mon auberge te sera ouverte, tu pourras rester ici aussi long que tu voudras. Saint Aignan est une ville réputée pour son accueil et sa joie de vivre, tu t'y plairas.Si, en revanche, tu es envoyé par les Lucioles ou les Tourangeaux, je détournerai les yeux pour te laisser repartir, sans te dénoncer, et nous serons quitte.

Elle le regarde, attendant son accord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldara
À bâillonner
À bâillonner
avatar

Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Bouziguot...   Mer 31 Oct - 1:31

Aldara est revenue très vite, ramenant deux pots d'un remède, selon elle, très efficace, qui devrait soulager sa douleur.
Sans tarder, elle l’applique sur les blessures de Bouziguot, l’étalant délicatement sur son torse. Il serre les poings lorsque les soins prodigués réveillent sa souffrance, mordant ses lèvres pour ne pas gémir. La sueur perle sur son front.
Il écoute les propos remplis de bon sens d’Aldara, qui mentionne la dague en sa possession, qu’elle n’hésitera pas à utiliser s’il se comporte de façon suspecte. Bouzi approuve de la tête. Il n’est pas en état de se rebeller, d’ailleurs, pourquoi le ferait-il ?
Il lève légèrement la main, demandant une petite pause.
Sois sans crainte … je n’ai aucune raison de te vouloir le moindre mal …
Aldara cherche à déchiffrer son regard. Qu’y découvre t’elle ? Il l’ignore.
Puis elle poursuit, tout en continuant à répandre l’onguent sur ses plaies. Elle est en mesure de vérifier l’épisode qu’il lui a raconté. Son boniment. Sa fable. Mais cela ne semble pas une priorité pour elle. Au contraire, elle lui offre son aide et l’hospitalité s’il se comporte avec droiture. Lui prédisant même une vie agréable s’il reste dans le village.
Un nouveau départ, pense t’il. Pourquoi pas ?
Bouzi lui adresse un regard interrogateur lorsqu’elle lui parle de Lucioles et de Tourangeaux. Des ennemis, sans doute ?
Il lève à nouveau le bras.
Rassure-toi, Aldara, je ne connais pas ces personnes. J’ignore tout de ce qui peut … t’opposer à elles. Ta province serait-elle en plein conflit ? Je n’ai rien remarqué sur ma route. Enfin, dans mon état, … je n’ai pas remarqué grand chose …
Bouziguot hoche la tête. Il n’est pas fier des bobards qu’il a inventés et racontés à Aldara. Il s’interroge. Doit-il tout lui avouer ? Qu’il n’était pas le gibier, mais bien le chasseur ? Il décide d’attendre encore …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldara
À bâillonner
À bâillonner
avatar

Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Bouziguot...   Mer 31 Oct - 1:33

Elle termine de recouvrir le trou béant de l'onguent parfumé. Elle monte à l'étage et redescend, un grand drap blanc entre les mains. En silence, elle le déplie et commence à le déchirer en larges bandes. Elle le fait avec peine. Avec effort. Ce bruit, celui d'un tissu qu'on déchire... Sa robe, ses braies, son corsage... Le drap tombe sur le sol, Aldara blêmit. Elle secoue la tête, chasse ses vieux démons et ramasse le drap. Elle regarde le tas de bandes au sol. Cela suffira.
Il faut que tu t'assoies, sans toucher le mur, je vais panser tes plaies...
L'homme s'exécute, en silence. Aldara commence à dérouler les bandes autour de son torse. Elle serre un peu, entend l'homme gémir.
Pardon, mais il faut que ça tienne... Ensuite, je t'aiderai à monter à l'étage, tu pourras dormir un peu.
Elle doit informer Loubette de la présence de l'homme; faudrait pas que la jolie blonde prenne peur ou lui envoie Biquette pour le faire parler! Et Crategos... S'il revient de cette fichue guerre...
Alors qu'elle fait signe à l'homme de se lever, on frappe à la porte. Elle se fige, le réduit au silence d'un doigt sévère. Elle lisse les pans de sa robe couleur de nuit, vérifie qu'elle n'a pas de taches de sang visibles et se dirige vers la porte d'un pas décidé. Elle entrouvre la porte. Un homme. Une missive. La porte se referme. Elle plaque son dos contre la porte, reprend des couleurs et décachète le pli, le coeur serré. Peu à peu, ses muscles se détendent, son sourire revient, ses yeux s'allument. Elle les pose sur le bouquet de lys, presse le billet contre son coeur et revient vers l'homme chancelant contre le mur. Elle pourrait pleurer, mais elle se retient; ne pas montrer de faiblesse devant l'inconnu, il pourrait en profiter.
Sais-tu ce que c'est ça?... C'est ton sursis, ton nouvel acte de naissance peut être! La guerre est finie! La Touraine abandonne! Fi de la méfiance envers les étrangers! Fi de la loi martiale! Fi de nos hommes qui meurent au combat! Qui que tu sois, à présent, tu es le bienvenu ici! Saint Aignan reprend ses droits!
Une larme rebelle glisse, chaude, lourde, interminable. Elle tombe sur son corsage noir, avant qu'Aldara ait le temps de l'attraper.
Elle baisse la tête, glisse son bras sous celui de Bouziguot et commence à monter lentement les marches de l'imposant escalier de chêne.
S'il est en vie, alors il va rentrer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bouziguot...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bouziguot...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inter Vivos :: Dépendances :: L'Auberge Rouge-
Sauter vers: