Inter Vivos

Forum non officiel des RR
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sortie

Aller en bas 
AuteurMessage
Crategos
Discret
Discret
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 14/10/2007

MessageSujet: Sortie   Mer 19 Déc - 11:48

Alors que cette nuit-là, encore, ils s'étaient aimés...
Au petit matin, Crategos se fit jeter bas du lit matrimonial sans foi ni loi, comme un malpropre. Il ouvrit doucement les yeux ,toujours ensommeillé. A moitié au pays des rêves, il se vit précipité directement en enfer sans passer par la case dispute. Les mots qui sortaient de la bouche de sa bien-aimée lui martelaient les oreilles sans pour autant percuter son esprit.

Sors.....terminé....abstinence....vengeance....séquestrée....

Tout cela n'avait aucun sens. Mais bientôt, comme souvent, le concret revenait à la charge dissipant toute forme, attendrissante ou repoussante, de l'abstrait.
C'est ainsi, qu'après ce monologue féminin et certainement piquant au vu de la rougeur du visage de la dame, Crategos se sentit prendre par la peau du dos.
Il se vit sortir du lit, descendre les escaliers comme si ses jambes obéissaient à une force extérieure et indépendante de sa volonté même.
Une fois Aldara remontée dans la chambre, une fois un brouhaha du tonnerre et de cliquetis, l'homme put assister au triste spectacle de ses affaires dévalant l'escalier. Tous ses biens gisaient à présent là, sur le sol inerte. Aldara réapparut le sourire aux lèvres pour ouvrir la porte.
La douce mit à coup de pied aux fessiers l'homme toujours endormi.
Le malotrus dehors, elle prit son balai pour sortir de son hall d'entrée tout le foutoir des amas étrangers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldara
À bâillonner
À bâillonner
avatar

Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Sortie, l'autre version, la bonne!   Jeu 20 Déc - 13:00

Alors que cette nuit-là, encore, ils s'étaient aimés...
Elle avait eu des nouvelles d'Apolonie. Endeuillée. Triste. Elle voulait serrer sa Rouge dans ses bras... Aldara n'avait alors pas réfléchi plus longtemps. Elle devait aller voir son amie, sa bleue princesse. Alors elle avait exposé son projet à Crategos, persuadée qu'il comprendrait. Elle se trompait, indubitablement. Voilà que le Sieur menaçait de se laisser mourir, si elle faisait un pas de plus. Voilà qu'il disait que la semaine à venir était vitale pour leur Amour. Voilà qu'il mettait dans la confidence Jo, et même le Maire! Voilà qu'il la séquestrait!!!!
Elle n'en revenait pas. Du chantage. Il sous-entendait peut-être qu'elle ne l'aimait pas assez pour rester auprès de lui. Mettait-il dans la balance son amour pour lui et son attachement pour Apolonie? Serait-il jaloux des autres hommes, soit, mais aussi des femmes qui habitaient le coeur de sa Douce?
Et puis le Bougre! il tenait bon! Impossible de lui arracher un mot sur le pourquoi de cet emprisonnement affecteux certes, mais emprissonnement tout de même!

Elle n'avait pas eu d'autre choix que de se résigner. Elle ne saurait donc rien et resterait là, cloitrée, comme à Noirlac. Et bien quitte à être cloitrée, autant l'être jusqu'au bout! Ainsi, proposa-t-elle qu'il mettent leurs corps au repos, pour mieux se retrouver pensait-elle. Et puis surtout pour s'attiser, se languir, se dévorer des yeux en se mordant la lèvre... Pensait-elle...
Elle croyait que son corps manquerait à son Amant. Que son odeur sucrée serait un supplice pour ses papilles privées. Que sa peau blanche aiguiserait ses dents voraces. Que sa douceur de coton affolerait ses mains fébriles. Et pourtant non. Les jours passaient, il ne semblait même plus la voir. Elle le frôlait, il s'en moquait. Elle le regardait, il détournait les yeux. Elle se faisait même courtiser, il n'en avait cure...
Il avait regagné son moulin, dormant sans doute sous un duvet de farine. Elle l'avait encouragé à le faire; rien ne servait en effet de dormir sous le même toit puisqu'ils ne pouvaient se toucher. Attiser oui, pas torturer...
Ses affaires étaient toujours là, posées sur une chaise, dans leur chambre. Un mantel, une paire de bottes, une chemise froissée.
Elle prit cette dernière pour la porter à son nez, emplit son âme de son odeur forte, puissante, violente presque, comme il savait l'être parfois. Elle hésitait à la laver, craignant d'être ensuite en manque. Elle n'imaginait pas humer les bottes quand même... Restait le mantel. Elle se résigna à laver la chemise, dans un soupir, la plia et la recouvrit de papier pour la protéger. N'osant aller jusqu'à son moulin, elle déposa le petit paquet devant la porte de la Rouge Maison avec un petit mot sur le dessus: "Le mantel et les bottes sont au pied du lit, si tu veux les récupérer sans me croiser, je comprendrais. Je reste donc à la forge jusqu'à la nuit tombée..."
Elle partit donc, tête basse, le coeur dolent, sentant déjà le froid la piquer de l'intérieur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sortie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel est votre taux de déchet après une sortie photo ?
» Sortie au Festival photo nature de Namur le 16 octobre 2010
» [REQUÊTE] Connecter un HD2 sur une prise jack / autoradio pour sortie son sur HP 5008 - 3008
» Sortie Annulée
» Sortie Spa Italia 19-20 juin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inter Vivos :: Rez-de-chaussée :: Entrée-
Sauter vers: